Attila Marcel- Béatrice Bonifassi






    Moi mon homme c'est un vrai,

c'est un dur, un balaise.
Je vois la mort de près,
de dans ses yeux de braise.

Il me fait ce que personne n'ose,
il couvre mon corps d'équimoses,
il m'assomme, il m'poche les yeux,
il m'fait la vie en bleu.

Moi mon homme il me botte,
y'en a pas deux comme lui.
C'est pas de la gnognotte,
trois cent vingt livres et demies.

Il me serre si fort dans ses bras,
que mon souffle repousse pas.
Il est barbare, il est cruel,
mon attila marcel.

j'irais retrouver sa lumière,
avec une droite de dieu le père.
Et je reste sonnée jusqu'à Paques,
au paradis des têtes à claques.

Moi mon homme c'est un vrai,
c'est un dur, un balaise.
je verrai la mort de près,
de dans ses yeux de braise.

Comentarios

Entradas populares de este blog

Palíndromos Ganzólicos (2008) - Desertora del Gualato

Fake plastic trees - Radiohead/ La hora oscura - Eduardo Kingman

Segunda carta conyugal - Antonin Artaud / Unidad - Eduardo Kingman